Cette semaine, Madmagz vous présente le retour d’expérience de Thierry Chabot, enseignant de français à l’École secondaire catholique régionale de Hawkesbury, Ontario, (Canada ) sur L’écho-DIAKS, le magazine des Kodiaks ! Un journal inter-classes numérique, réalisé par l’école secondaire catholique régionale de Hawkesbury au Canada.

Cet article vous est proposé par Madmagz

Points-clés

  • Projet pédagogique : la réalisation du magazine mensuel inter-classes L’écho-DIAKS
  • Objectifs pédagogiques : compétences TICE, collaboration, éducation aux médias, valorisation du travail
  • Responsable du projet : Thierry Chabot, enseignant de français
  • Établissement : École secondaire catholique régionale de Hawkesbury, Ontario, Canada
  • Niveau scolaire : collège / lycée
  • Matière : Français
  • Outil : Madmagz, Google Drive

Le Projet

L’écho-DIAKS est un magazine inter-classes réalisé chaque mois à l’école secondaire catholique régionale de Hawkesbury au Canada.

Contexte

Le projet de création du magazine L’écho-DIAKS est né “après avoir vu que Madmagz existait sur mon fil Twitter. Nous avons alors mis sur pied un comité scolaire composé d’élèves désirant participer à ce projet”.

“J’étais responsable, dans un passé plutôt lointain, d’un journal scolaire, qui avait été laissé de côté à cause de divers facteurs (photocopie, qualité de la mise en page, mais SURTOUT, le temps que prenait l’édition d’un journal scolaire)  Maintenant, avec Madmagz , le facteur TEMPS n’est plus une difficulté puisque que tout le travail se fait facilement et rapidement”.

Les acteurs-clés du projet

Le professeur de français

“En tant qu’enseignant de français, j’ai sous ma responsabilité la promotion et l’intégration des TIC dans la pédagogie.  Je suis un maniaque de tout ce qui touche les nouvelles technologies et son utilisation possible en salle de classe.  Mon rôle, en tant qu’enseignant responsable du magazine scolaire est de coordonner le tout ! Je m’assure que les élèves respectent les échéanciers, les thèmes choisis et le nombre de pages qui ont été assignées.  À raison d’une à deux rencontres par semaine, je m’assure que tous les articles respectent les critères que nous avons établis”.

“Dans ce projet, j’agis en tant que coordonnateur. Dans mon comité d’élèves, on retrouve un rédacteur en chef, une correctrice et des journalistes. Les élèves écrivent leur article pour ensuite les envoyer via GOOGLE DRIVE à la correctrice. Ensuite, chaque journaliste s’occupe de sa propre mise en page.  Les élèves font tout”.

Les élèves (de 13 à 17 ans)

“Il s’agit véritablement d’un magazine collaboratif !  Tous les rédacteurs (on en compte une dizaine d’élèves de la 9e à la 12e année – 13-17 ans) s’occupent de leur mise en page et de la rédaction de leur article. Une élève s’occupe de la révision et de la correction des textes, qui lui sont partagés via les applications Google”.

Le choix des sujets

“Lors de notre première rencontre du mois, nous ciblons un thème qui servira de canevas à notre magazine.  Les élèves choisissent ce thème et nous essayons d’accorder le tier du magazine à ce thème”.

“Certains sujets sont «intouchables» comme l’horoscope, la section Approfondir (qui permet de mieux connaître les enseignants de l’école) et les favoris du mois. Ex : septembre : la rentrée scolaire , octobre : Halloween)”.

Temps de réalisation

“Comme mentionné auparavant, à raison d’une ou deux rencontres par semaine. En plus, les élèves rédigent leurs textes et font la mise en page pendant leurs temps libres, à la maison ou à l’école.  En tout, il faut compter 3 semaines environ avant d’avoir un magazine qui varie de 36 à 40 pages”.

Les lecteurs

“Le magazine s’adresse à toute la communauté scolaire, tant les étudiants que les enseignants et les parents”.

Analyse et résultats du projet

Des retours positifs

“Les réponses sont très positives, tant sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter) que par courriel.  Les gens trouvent que la mise en page et la présentation est très professionnelle et de qualité. De plus, on apprécie la qualité des articles. Bref, nous ne recevons que des éloges, tant des enseignants, que des parents ou que de mes supérieurs. Madmagz permet la collaboration qui est à mon avis un de ses points forts. L’autre point fort est la convivialité de la plateforme : simple et facile d’utilisation. Bravo pour le bon travail ! Les élèves sont fiers de voir que leurs efforts sont récompensés par une production finale de qualité et une mise en page très très professionnelle !”

Points forts de l’outil Madmagz

  • possibilité de travail collaboratif ;
  • mise en page dynamique ;
  • look très professionnel du produit ;
  • facilité d’utilisation de la plateforme

Le lectorat

“En prenant en considération que notre population étudiante se situe aux alentours de 400 élèves. La première édition a obtenu plus de 500 lecteurs, quant à la deuxième édition, publiée mercredi dans l’après-midi, nous en sommes maintenant à près de 350 lecteurs”.

Mise en avant du magazine

Nous publions le lien internet sur les réseaux sociaux Twitter (@ESCRHawkesbury) et sur notre page facebook/escrh. De plus, nous ajoutons les liens sur notre site web escrh.csdceo.ca.

Pour télécharger notre Livre Blanc sur le journal scolaire, cliquez ici

Cet article vous a donné envie de commencer un journal ? Lancez-vous !

Bouton-créer-un-journal